Retour
La force de l'Homme au service de la lutte anti-incendie :
LA ROUE MECANIQUE AUSTRAL

 

Afin de bien comprendre le principe de la roue mécanique AUSTRAL, voyons son application sur un véhicule donné.

Les pompiers hystérians
Le véhicule en coupe
La mise en mouvement
Du déplacement à la lutte anti-incendie
La pompe
Quelques données sur le véhicule





La roue mécanique AUSTRAL a été mise en oeuvre pour la première fois pour le véhicule de pompiers proposé au gouverneur des Monts Hystéria, dont voici un exemplaire :



Un véhicule simple et sobre : une cuve bois et cuir remplie d'eau montée sur une charrette. Mais sous cette apparence anodine se cache l'ingéniosité de la roue mécanique Austral ! Il s'agit de la roue installée à l'avant du véhicule et qui peut être actionnée par 1 ou 2 hommes. Un 3ème dirige le véhicule et pourra relever l'un des pompeurs en cas de long trajet.


Mais voyons le véhicule en coupe :



La roue mécanique Austral, comme vous pouvez le voir, permet avec la même installation bien adaptée à un effort de longue durée (la roue) de mettre en mouvement la charette ou de pomper l'eau et de la projeter sur les flammes.

La mise en mouvement du véhicule

Dans un premier temps, la roue mécanique Austral transmet directement son mouvement de rotation à l'essieu avant.



Du déplacement à la lutte anti-incendie

Lorsque le véhicule arrive sur les lieux de l'incendie, il suffit de faire basculer le levier central pour passer du mode "moteur" au mode "pompe".

Le mouvement de rotation de la roue est alors communiqué à un arbre de transmission qui le transmet à son tour à la pompe à vide située à l'horizontale, sous la cuve d'eau.


La pompe

La pompe à vide fonctionne grâce au mouvement rotatif de ses deux engrenages.



Lorsque 2 dents se rejoignent (partie inférieure de la "vue de haut" ou mieux encore ici les dents 1 et 2 se rejoignent), elles ferment un espace et chassent l'eau qui y était contenue. Comme durant le même temps les rouages apportent de l'eau par les côtés (les espaces entre deux dents sont pleins d'eau), la zone bleu foncée est en surpression : l'eau est donc chassée vers la lance incendie.
Dans l'autre partie de la pompe, lorsque 2 dents se séparent, elles créent un vide. Durant le même temps, les rouages emportent de l'eau par les côtés. La zone bleu clair entre donc en sous-pression et aspire l'eau contenue dans la citerne.
Au total, l'eau circule d'une zone à l'autre uniquement par les espaces situés entre deux dents. Les rouages centraux ne servent qu'à amplifier les sur et sous-pressions.


Ce dernier shéma en 3D montre :
- l'arrivée d'eau depuis la cuve à cause de la sous-pression créée par l'ouverture d'un espace
- le déplacement de l'eau sur les côtés, emportée par le mouvement des dents
- l'expulsion d'eau vers la lance à incendie à cause de la surpression dûe à la fermeture des rouages


Quelques détails pratiques sur le véhicule

Avec la cuve installée, les pompiers sont capables de projeter environ 5000 litres d'eau sur les flammes.
L'inconvénient c'est qu'avec 5 tonnes sur la charrette, ils ne peuvent espérer battre des records de vitesse .
A noter : si une source d'eau plus importante est déjà sur place (réservoir, rivière), il suffit de raccorder la cuve à ce réservoir (tuyau fourni avec le véhicule) : l'aspiration de la pompe assurera le transfert d'eau depuis ce grand réservoir jusqu'à la cuve puis à l'incendie.

Pour d'autres détails, vous pouvez contacter
Anthony Lejazzeux.


Retour