Retour

De l’écologie et de la misère humaine

Par Lars Bohinen

 

Introduction:

 

Prenons pour exemple de cette démonstration le problème du tri sélectif des déchets, tel qu’il est voulu par les organismes législateurs, et tel qu’il est appliqué par les citoyens consommateurs (les citoyens non consommateurs ayant probablement suffisamment de problèmes pour assurer leur subsistance, n’allons pas en prime leur embrouiller l’esprit avec des questions d’ordre écologique. Ou alors c’est pas moi qui m’y colle).

 

En pratique, on peut affirmer sans beaucoup de risques de se tromper que la majorité des gens concernés par ce système vont s’y plier, dans ses grandes lignes. C’est à dire qu’ils vont jeter le verre dans les bacs à verre, le carton dans les bacs à carton, le plastique dans les bacs à plastique, et les restes du réveillon du jour de l’an dans un gros sac poubelle de 100 litres qui finira sur le trottoir.

 

Quel pourcentage de ces gens ira jusqu’à vérifier que le bouchon de leur bouteille de lait est bien en plastique et à le jeter à part, combien prendront la peine de gratter les étiquettes de leur bouteilles de vin, de séparer l’emballage cellophane de la barquette de viande, de retirer le papier alu de leur paquet de cigarettes, de se lancer dans un débat philosophique argumenté pour savoir si oui ou non, le cadavre du hamster doit être jeté dans les fosses à végétaux plutôt que dans le tout-venant?

 

Je vous le donne en mille, ce pourcentage est probablement du ressort de la FEPR (Faculté des Etudes du Potentiellement Ridicule).

 

En d’autres termes, l’humain n’est naturellement pas porté sur l’écologie, tout simplement parce que son application pratique présuppose quantités d’efforts quotidiens qui, disons le franchement, le rebutent et l’ennuient.

 

Dans ces conditions, comment un gouvernement soucieux de respecter ses engagements en matière d’écologie ainsi que désireux de guider son peuple vers la lumière et la vérité peut il procéder pour faire appliquer des mesures strictes et incommodantes à une bande de barbares incultes qui ne savent que protester, contester, se plaindre et rester chez eux le jour des élections?

 

 

I Les méthodes directes

 

Pour s’assurer que les citoyens respectent à la lettre les lois sur l’écologie, un gouvernement en quête d’idées pourrait:

 

-S’en remettre au sens civique des habitants.

(cette méthode, louable en ce qui concerne la responsabilisation des citoyens, me semble tout de même un peu suicidaire)

 

-Installer un nid de mitrailleuse 60mm télécommandé dans chaque foyer, de façon à faire peser une répression sévère aux infractions.

(Bien que les appels d’offre conséquents puissent considérablement dynamiser les secteurs industriels concernés, je pense que cette méthode risque de susciter quelques protestations)

 

-Construire une cité résidentielle sur un marais pollué au pétrole et semé d’espèces mutantes de platanes irradiés carnivores, et obliger les récalcitrants à habiter dedans jusqu’à ce qu’ils perçoivent la nécessité d’appliquer un mode de vie écologiste.

(Cette méthode, très divertissante pour les voisins de la cité en question, n’est pas satisfaisante dans la mesure où notre but original est tout de même de préserver un minimum la nature)

 

-Prétendre avoir établi une communication avec un empire galactique extra-terrestre superpuissant qui menace de détruire notre planète si ses habitants ne font pas un effort pour stopper leur pollution.

(Cette méthode me semble peu crédible dans la mesure où nos concitoyens savent pertinemment qu’il existe tout un tas de clubs de superhéros qui se sont fait une spécialité de démanteler les empires galactiques extra-terrestres superpuissants et donc qu’ils n’ont rien à craindre)

 

Ces méthodes ont toutes leurs charmes mais présentent des inconvénients, il faut donc trouver d'autres solutions.

 

 

II Les méthodes finaudes

 

Voici une liste non exhaustive de mesures qui me paraissent efficaces pour pousser les gens à se soucier davantage de l’écologie.

 

-Passer des images subliminales de slogans écologistes pendant les rediffusions des matchs de football et pendant les sitcoms de milieu de matinée.

 

-Informer les citoyens qu’on sait où leurs enfants vont à l’école, alors merci de respecter la nature.

 

-Réaliser un James Bond où il conduit une voiture de sport électrique.

 

-Retarder la diffusion de la finale de la coupe micromondiale de subrugby jusqu’à ce que le taux de pollution de nos villes passe sous une barre définie à l’avance.

 

-Autoriser la culture du cannabis aux citoyens pouvant justifier d’un comportement irréprochable.

 

-Lancer la Vache Academy: sur une île déserte, les candidats doivent réussir à survivre avec pour seule ressource une vache. Le premier qui réussit à faire enregistrer un tube à sa vache a gagné.

 

Et il reste probablement d’autres moyens.

 

 

A partir du moment où on accepte le fait que l’écologie passe d’abord par une manipulation des esprits, les solutions se bousculent.

 

Conclusion

 

Pour réussir à obtenir une écologie forte, approuvée et appliquée par tous, il convient au préalable d’entamer des recherches scientifiques approfondies sur le contrôle des pensées, la manipulation de masse et l’art de la menace implicite.

Retour